Pascal Tonnerre : entre ombre et lumière !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

D’un côté, Pascal Tonnerre joue les défenseurs des amateurs de jeux-concours à la tête de son association Réseau Anti-Arnaques, et diffuse à grande échelle des messages de dénigrement contre les sociétés de marketing direct utilisant les jeux-concours afin de se faire connaître. D’un autre côté, son site internet partenaire jeux-concours-gagnants.com, qui fait la promotion des jeux-concours, recueille les adresses des abonnés et internautes en partie issues du Réseau Anti-Arnaques aux fins de les revendre à des professionnels du marketing direct.

Une attaque en règle contre le secteur du marketing direct

Pour Pascal Tonnerre, tous les moyens sont bons pour accuser de tous les maux les entreprises de vente à distance. Animateur ou propriétaire de plusieurs supports sur le Net, il relaie sans vergogne des messages fracassants contre ces entreprises, sous couvert de son Réseau Anti-Arnaques. Sous forme de mises en garde, style « Info-Alertes » ou « Alerte à l’arnaque », il se sert de blogs comme le site Discutons-arnaques.com, dont il est l’animateur quasiment exclusif et qui a aujourd’hui mystérieusement disparu et d’autres publications pour mener ses campagnes de dénigrement.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne lésine pas sur les moyens pour arriver à ses fins :
Ayant fait l’objet de plusieurs poursuites pour diffamation, M. Tonnerre n’hésite pas à demander à ses adhérents de financer ses dépenses en frais de justice.

La meilleure défense, c’est l’attaque

Mais contre toute attente, Pascal Tonnerre ferme les yeux lorsque le site jeux-concours-gagnants.com, qu’il cautionne, commercialise les coordonnées de ses abonnés auprès des professionnels du marketing direct tant décriés, via la maison mère du site, Les Éditions Jouer Gagnant.

Ce fervent défenseur des adeptes de jeux-concours ne fait plus aujourd’hui illusion sur sa véritable impartialité.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »