La ville de Paris abandonne son partenariat avec AirBNB

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le business model vanté par la plateforme américaine AirBNB accorde la priorité à la location touristique illégale, ce qui ne correspond pas à la politique visant à professionnaliser le tourisme français. Ceci a d’ailleurs incité la mairie de Paris et la SNCF à abandonner le partenariat avec AirBNB.

Un système qui porte préjudice à tout le monde

Selon Richard Vainopoulos, président du réseau Tourcom, ce business model présente des dangers pour l’ensemble des acteurs. Bien que le parlement ait adopté le 11 décembre 2015 la disposition imposant la déclaration annuelle des revenus gagnés par l’intermédiaire d’AirBNB, les loueurs peuvent être tentés de commettre une fraude. De leur côté, les hôteliers sont victimes d’une concurrence quasi déloyale, nuisant gravement au développement de leur activité.

Quant aux locataires, ils risquent de ne pas être couverts en cas de sinistres, car l’assurance proposée par cette plateforme présente une limite. En effet, les 800 000 € de dégâts ne sont pas pris en compte si le logement n’est pas « admissible ». Outre cela, AirBNB encourage les deux parties à résoudre directement le problème entre eux et de ne recourir à cette solution qu’en dernier lieu. La sous-location (sans l’autorisation du propriétaire) est également exclue de la garantie.

La mairie de Paris veut éviter « la Barceloneta »

Le phénomène « Barceloneta » qui s’est produit dans le quartier central de la ville de Barcelone est à éviter pour la mairie de Paris. Ceci contribue à renchérir le loyer et à réduire considérablement le nombre d’habitants permanents, vu que presque tous les appartements dans les arrondissements du centre sont devenus des meublés touristiques.

Les actions menées par le Groupement national des Indépendants rassemblant Hôtels, restaurants et cafés ont ainsi porté leurs fruits. La décision de la SNCF et de la mairie de Paris ne fait que confirmer que la plateforme AirBNB exploite l’amateurisme de ses utilisateurs et favorise la destruction d’habitats résidentiels. Comme la baisse des tarifs décidée par Uber, ce business model a bel et bien un cinglant revers.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »